20. 3. 2018
Rentrer à la maison

Mon activité préférée entre toutes est d’aider les personnes à retrouver le chemin de chez elles. Ça passe d’abord par le corps, et le fait de tourner tranquillement son attention vers ses ressentis, sensations corporelles et perceptions. Bien sûr, au départ, quand on n’a pas l’habitude, on entend plutôt des murmures, ou on sent des choses si subtiles qu’on a tendance à se dire ‘J’entends rien’, ‘Je sens rien’. L’écoute profonde, comme beaucoup d’autres activités humaines, requiert de la pratique. 

Pour moi, être accompagnée dans cette pratique est vraiment précieux. Ne pas être la meneuse de l’expédition me permet de me concentrer sur mon expérience et d’aller plus en profondeur. Etre invitée à devenir l’observatrice curieuse de ce qui est vivant en moi me permet de me décoller, et de reculer. Cela crée un espace où je peux de nouveau goûter la détente, l’ancrage, la paix, la joie ou le silence, selon les situations.

Etre dans la posture d’accompagnante de ces expéditions me procure beaucoup de joie et un sentiment d’accomplissement. C’est comme si j’accompagnais quelqu’un jusqu’à l’entrée de son jardin secret et sacré. Ma joie est liée à la conscience que chaque personne qui a accès à son jardin sacré a les moyens de semer les graines du monde pacifié dans lequel j’aspire à vivre et voir grandir nos enfants.